Le Prophète Mohammad un modèle par excellence

06/09/2016
العددان الثلانون والواحد والثلاثون ايلول-2017

Fadi Ahmad Imad Khalifé

Enseignant de la langue francaise

à l’école Rassoul Al Mahaba - Jbeil

 

Un homme fidèle et sûr

À La Mecque, le Prophète Mohammad (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) se serait distingué des gens de son âge. En effet, il est un modèle de perfection physique, intellectuelle et morale: il aurait été fort, judicieux dans ses propos, énergique dans ses expressions, fidèle à ses amis et plus encore à ses promesses. Il aurait évité avec un soin extrême tout ce qui peut faire soupçonner en lui quelque goût pour le vice.

Durant sa jeunesse, il est connu parmi ses concitoyens sous le nom de” l’homme de confiance “,” l’homme fidèle et sûr”. Dans ses occupations quotidiennes, il ne se livre jamais à un acte déshonnête ni ne participe à un culte idolâtre. Selon l’aveu de ses adversaires, il n’a jamais proféré un mensonge.

Les révélations

Le Prophète Mohammad (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) effectue de nombreuses retraites spirituelles.

Il ressentait un besoin grandissant de solitude, et c’est pourquoi il prit l’habitude de se retirer dans les montagnes rocheuses, entourant la Mecque, pour aller y méditer. Il se retirait plusieurs jours à la fois, emportant avec lui des provisions.

Sous la lumière aveuglante du jour et au cours des nuits claires du désert, quand le scintillement des étoiles est si vif qu’il pénètre l’œil, entouré des « signes » de Dieu, sa retraite le préparait, sans qu’il ne le sache encore, à recevoir une importante révélation et à se voir confier une mission colossale: devenir Prophète et transmettre à son peuple et à l’humanité tout entière la vérité provenant de Dieu.

La tradition musulmane affirme que c’est en 610 que, pour la première fois, l’archange Jibril lui serait apparu dans la grotte de Hira, où il avait coutume de se recueillir et lui aurait transmis, la révélation, la parole de Dieu. Le Prophète Mohammad (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui), qui a alors 40 ans, commence à transmettre des versets qu’il déclare être révélés par Allah et dictés en arabe par Jibril , cette dictée aurait duré vingt-trois ans.

C’est là, l’origine du Coran, que le Prophète Mohammad aurait pris soin d’enseigner oralement dès le début.

Le soutien de Khadija

et de ses proches

Khadija aurait cru en son époux et lui aurait apporté un soutien inconditionnel. Elle est, de ce fait, considérée par les musulmans comme la première croyante.

Le Prophète Mohammad (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) aurait fait part secrètement de son message à ses proches, et avec eux il fonde un groupe de croyants qui se feront appeler plus tard les musulmans: nommés ainsi en référence à Ibrahim (muslim, celui qui se donne, qui se soumet volontairement à Allah).

Persécutions et émigration

vers Médine

Puis, le message devient publique et s’étend à l’ensemble de la population mecquoise.

Dès qu’il commença à réciter le Coran et à prêcher la vérité que Dieu lui avait révélée, il souffrit, avec son petit groupe de disciples, de persécutions de la part des mécréants. Les persécutions devinrent si acharnées qu’en l’an 622, Dieu leur ordonna d’émigrer. Cette émigration de la Mecque à la ville de Médine, située à environ 418 km au nord, marque le début du calendrier musulman.

Un prophète proche du peuple

Doux et affable, le Prophète Mohammad (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) se comportait toujours en toute clémence et magnanimité avec le peuple. Il vivait avec le peuple, au sein de la population. Il la fréquentait, il se conduisait en ami des esclaves et des couches basses de la société, il prenait ses repas avec eux, il se montrait tolérant avec eux, le pouvoir ne le changea point, la richesse ne parvint à lui faire changer de cap; sa conduite fut la même au moment des difficultés qu’à l’époque de prospérité; en tout temps il était avec le peuple, auprès du peuple, il souhaitait l’équité pour le peuple.

Lors de la bataille de Khandagh, alors que les musulmans étaient bloqués à Médine, le ravitaillement leur était coupé, ils n’avaient rien pour manger, de sorte que pendant deux ou même trois jours, personne ne trouvait rien à manger. Le Messager de Dieu creusait lui-même les fossés pour contrer l’ennemi, il participait, aux côtés du peuple, aux différents travaux, et comme les autres il endurait la faim.

Un amour pour Dieu

Le prophète Mohammad (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) était un parfait exemple d’un homme honnête, juste, clément, compatissant, véridique et brave. Bien qu’il fût un homme, il était très loin d’en avoir les mauvaises caractéristiques, et il luttait et faisait tous ses efforts par amour pour Dieu et pour Sa récompense dans l’au-delà. De plus, dans toutes ses actions et ses relations avec les gens, il avait toujours la crainte de Dieu et le souci de Lui plaire .

Retour à La Mecque

et grande indulgence

Divers conquérants, dans les annales de l’histoire, sont connus pour avoir répandu des rivières de sang et accumulé des montagnes de cadavres. Le Prophète Mohammad (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui), était connu pour sa grande indulgence. Jamais il ne s’est vengé d’une personne qui lui avait fait du tort et il n’a jamais levé la main sur personne, sauf en temps de guerre et sur un champ de bataille. Son indulgence s’est clairement manifestée le jour où il est revenu à la Mecque en tant que conquérant, après huit années d’exil à Médine.

Ce jour-là, il a pardonné à tous ceux qui l’avaient persécuté et qui les avaient forcés, lui et sa famille, à s’exiler dans les montagnes aux premiers temps de l’islam.

Conquérant bienveillant, il rassembla la population de la ville de la Mecque, et lui rappela ses méfaits: Persécution religieuse, confiscation injustes des biens des réfugiés, invasions répétées, vingt-ans d’hostilité insensée.

Ensuite il lui posa la question: “Qu’attendez-vous de moi?” Comme tous baissaient la tête avec honte, le Prophète Mohammad proclama: “Que Dieu vous pardonne, allez en paix; nulle charge contre vous aujourd’hui, vous êtes libres”. Il renonça même aux biens que les païens avaient confisqués aux Musulmans. Cela transforma l’état psychologique et lorsqu’un chef mecquois s’avança spontanément vers le Prophète Mohammad, à la suite de sa déclaration d’amnistie, pour se convertir à l’Islam, le Prophète Mohammad lui dit: “Je te nomme gouverneur de la Mecque”.

Sans laisser un seul soldat médinois ou autre, le Prophète rentra à Médine. L’lslamisation de la Mecque, achevée en quelques heures, fut complète et sincère.

Création d’une Constitution écrite

A Médine, le Prophète Mohammad (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) décida que le développement total de l’homme serait mieux atteint, si l’on coordonnait la religion et la politique, comme deux éléments d’un seul tout. Il appela alors les représentants des Musulmans, ainsi que ceux des non-musulmans de la région, leur suggéra la création d’une cité-état à Médine. D’accord avec eux, il la dota d’une constitution écrite, la première de ce genre, dans le monde, où l’on définit les droits et les devoirs des citoyens et du chef de l’état, et l’on choisit le Prophète Mohammad (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui), à l’unanimité, comme tel. On abolit la coutume de la justice privée, le soin en revenant dorénavant à l’organisme central de la communauté des citoyens toute

entière . On précisa les principes de la défense et de la politique étrangère, on établit un système d’assurances sociales pour les responsabilités trop lourdes, et l’on confia au Prophète Mohammed (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) le dernier mot dans tous les litiges. Il n’y avait pas de limites à son pouvoir de législation. On reconnut explicitement la liberté religieuse, et l’acte constitutionnel accorda l’égalité entre les Musulmans et les non-Musulmans, en tout ce qui concerne la vie d’ici-bas.

Justice impartiale

et tolérance religieuse

Le Prophète Mohammad a légué à la postérité une religion de monothéisme pur; il a créé de toutes pièces un état délivré de l’anarchie de la pensée destructrice : «la guerre tous contre tous». Il a établi une coordination harmonieuse entre le spirituel et le temporel; il a laissé un nouveau système de droit, qui dispense une justice impartiale, à laquelle le chef d’Etat lui même est assujetti au même titre qu’un homme du commun, et où la tolérance religieuse va si loin que les habitants non Musulmans du pays Islamique jouissent d’une complète autonomie juridique, judiciaire et culturelle. Quant aux revenus de l’Etat, le Coran en avait codifié la gestion: bien loin d’être la propriété du chef, ils servent avant tout aux pauvres. Ajoutons, pour finir, que le Prophète Mohammed (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) fut un parfait pratiquant de son propre enseignement.

Propagation rapide

et pacifique de l’Islam

Avant que le Prophète Mohammad ne meure, à l’âge de soixante-trois ans, la majeure partie de la Péninsule Arabe était devenue musulmane, et moins d’un siècle après sa mort, l’islam s’était propagé jusqu’en Espagne à l’ouest, et aussi loin qu’en Chine à l’est. Parmi les raisons qui expliquent la propagation rapide et pacifique de l’islam, il y a la vérité et la clarté de sa doctrine. L’islam appelle les gens à ne croire qu’en un seul Dieu, qui est le Seul qui mérite d’être adoré.

Une intégrité fondamentale

La façon dont il accepta les persécutions dues à ses croyances, la haute moralité des hommes qui vécurent à ses côtés et qui le prirent pour guide, la grandeur de son oeuvre ultime, tout cela ne fait que démontrer son intégrité fondamentale.

 

Le Prophète Mohammad (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) a été partout un modèle par excellence, non seulement dans le verbe et l’acte, dans sa vie personnelle, ses fréquentations avec les gens et ses proches, mais aussi dans son comportement avec les amis, son attitude vis-à-vis des ennemis et des intrus, sa conduite envers les pauvres et les riches.